Nouveaux concepts

Les patients avec symptômes restants, toute catégorie d’âge confondue, ont un risque de 80% de faire une rechute. Les symptômes restants deviennent eux-mêmes un agent de stress et déclenchent de nouveaux épisodes dépressifs.

L’objectif doit donc être un traitement durable de la dépression amenant à la guérison totale. Pour ce faire, le patient doit être suivi pendant au moins six mois après la disparition des symptômes dépressifs. Pendant cette phase très importante appelée traitement d’entretien, les antidépresseurs ne doivent en aucun cas être arrêtés ou diminués, il est souvent aussi judicieux de poursuivre la psychothérapie. Ce n’est que lorsqu’aucun symptôme ne réapparaît pendant plus de six mois que le terme guérison est approprié.

En cas de nombreux épisodes dépressifs dans le passé, et particulièrement s’ils étaient sévères, il convient de suivre le patient au-delà des six mois d’entretien. Le traitement médicamenteux est à l’heure actuelle la forme la plus étudiée concernant le traitement au long cours de la dépression récurrente. Le risque de rechute peut être diminué de 50% grâce au suivi pendant le traitement d’entretien et le traitement au long cours. Les antidépresseurs et le lithium sont les mieux documentés et présentent ainsi le plus haut degré d’évidence scientifique. Tout comme pendant le traitement d’entretien, la médication qui a mené à la guérison, est en règle générale poursuivie au même dosage pour prévenir les rechutes.


Illustration: Les différentes phases d’un traitement couronné de succès et de la prévention des rechutes.

Afin d’empêcher une récidive après la guérison totale, un traitement de prévention de 2–3 ans est parfois judicieux. Ce traitement sur le long cours est particulièrement indiqué en présence d’au moins trois épisodes dépressifs ou de deux épisodes en l’espace des cinq dernières années ou de deux épisodes plus un facteur de risque. On compte parmi les facteurs de risque d’autres cas dans la famille, un début précoce avant l’âge de 40 ans ou tardif après 60 ans, un bref intervalle entre les deux épisodes, une aggravation rapide au début du premier épisode ou lors de la présence d’autres maladies.

La décision de suivre un tel traitement avec des antidépresseurs modernes présentant peu d’effets secondaires, est à prendre de façon individuelle, par le patient et le médecin spécialiste. Ces médicaments ne rendant pas dépendants et étant bien tolérés, ils peuvent en principe être pris pendant des mois voire des années.

Lors de l’arrêt de l’antidépresseur, il faut procéder lentement, pas à pas. Le métabolisme nerveux doit d’abord se réhabituer à fonctionner sans le soutien du médicament. Après la guérison totale, il en est tout à fait capable mais il a besoin de quelques semaines pour s’y habituer petit à petit.

 

Les trois stades d’un traitement couronné de succès
Traitement en phase aiguë:
Améliore les symptômes et les fait disparaître.
Durée: plusieurs semaines.

Traitement d’entretien:
Prévient les rechutes grâce à une stabilisation des phases sans symptômes. Ce n’est que lorsque l’absence de symptômes dure six mois que l’on peut parler de guérison totale.
Durée: au moins six mois.

Prévention des rechutes:
Prévient les récidives après la guérison totale ainsi que le développement de nouveaux épisodes.
Durée: une à plusieurs années.